20 minutes – « Les nuits du Caire » de Gilbert Sinoué – LE CHOIX DES LIBRAIRES

Les nuits du Caire de Gilbert Sinoué – LE CHOIX DES LIBRAIRES

Résumé

– Vous avez vécu dans le souvenir du bonheur, Karim. Or, rien n’empêche le bonheur comme le souvenir du bonheur.

Gilbert Sinoué

Un homme – Karim – débarque au Caire après plus d’un demi-siècle d’absence. Depuis quatre jours, l’Égypte est en pleine révolution, plongée dans son printemps arabe. S’agit-il uniquement d’un retour aux sources ? Un besoin de voir de ses yeux ce que les témoignages rapportaient depuis son départ, en 1967 ? Serait-ce un ultime rendez-vous avec son passé ? Car, on le pressent, les jours de cet homme sont comptés. Un mélange de tout cela sans doute, inspiré avant tout par le désir éperdu de retrouver Nadia, une femme aimée quarante-cinq ans plus tôt.

Insensiblement, ce pèlerinage, prendra la forme d’un voyage initiatique. Karim va revivre les événements qui marquèrent sa jeunesse, tout en se confrontant à un monde différent de celui qu’il a connu.

Au fil du récit, le lecteur avance dans les pas du narrateur, et dans le même temps que lui, prend conscience de deux Égypte, celle d’hier et qui ne sera plus ; celle d’aujourd’hui, dont on se demande ce qu’elle deviendra. Et se posera finalement l’interrogation inévitable : n’est-il pas périlleux de vouloir à tout prix partir à la rencontre de son passé ?

Gilbert Sinoué, prix des libraires pour Le Livre de Saphir, a déjà publié de nombreux romans à succès dont, chez Flammarion, les best-sellers Erevan, Le Souffle du jasmin, Le Cri des pierres.

La revue de presse : Blaise de Chabalier – Le Figaro du 23 mai 2013

Voici un roman charmant et percutant, dans lequel le passé joue à cache-cache avec le présent. D’une plume légère et poétique, Gilbert Sinoué nous offre un voyage littéraire dans sa chère Égypte natale. Normal, donc, si le romancier ressemble au narrateur, le dénommé Karim Jawhar. Ce chrétien d’Orient de soixante-six ans décide de revenir sur la terre de sa jeunesse. Un pays qu’il a quitté quarante ans plus tôt. Pourquoi un tel voyage, alors que l’Égypte est sur le point de chasser Moubarak ? L’amour bien sûr ! Celui d’un pays qui se libère, mais aussi celui que Karim ressent toujours pour Myriam, avec laquelle il vécut une ardente passion de jeunesse. Or, les deux amoureux d’autrefois se sont donné rendez-vous au Caire. Karim attrape un vol d’Egypt-Air, le 29 janvier 2011, et le voilà sur place le soir même, dans un taxi, en direction de la place Tahrir. Là où la foule gronde et fait vaciller le pouvoir en place depuis trente ans.