Telerama.fr – Le Caire odorant de Gilbert Sinoué

Les longues nuits de Zoé Valdés vont de La Havane à Paris. Celles de Gilbert Sinoué ont les parfums du Caire, et celles de Kessel se perdent dans Vladivostok, durant l’hiver 1919. Trois livres paraissent dans la nouvelle collection de poche Les Nuits, chez Arthaud, célébrant des voyages qui sont également des ruptures nostalgiques, chaotiques ou barbares. Le texte de Kessel – une rareté – plonge parmi

les affrontements entre Russes blancs et rouges. Il traverse la ville en lambeaux dans « la stupeur et la suffocation ». Gilbert Sinoué revoit Le Caire tel un souvenir lancinant, « des rues qui ont perdu leur visage, des femmes et des hommes qui ont cessé d’exister ». Zoé Valdés, elle, revit « la parenthèse infernale » de sa vie cubaine. Ces œuvres personnelles, hantées par le passé, sont de superbes moments de littérature.

Le 18/05/2013 – Christine Ferniot – Telerama n° 3305